Egypte

Que ce soit dans les textes gravés sur les parois des temples et des tombeaux ou sous forme de restes d’offrande matérielle, les Égyptiens de l’Antiquité ont laissé de nombreux témoignages de leur mode d’alimentation.

 

L'alimentation en Egypte antique

L’art funéraire, retraçant la vie quotidienne, résume ce mode d'alimentation. On n’y trouve pas à proprement parler de recettes de cuisine mais des informations sur les pratiques alimentaires. Les ouchebtis, petites statues en calcaire ou en bois, représentent des serviteurs au travail préparant le pain, écrasant des céréales, brassant la bière, rôtissant des volailles et abattant des bœufs.

Aliments de base

Les aliments de base étaient le pain et la bière (heneket) fabriqués à partir de l’orge et de l’amidonnier. On a retrouvé près d’une vingtaine de sortes de pains de forme et de composition diverses.

Viandes et poissons

Le régume alimentaire égyptien était complété par du poisson, de la viande (ordinairement mouton, et porc, volaille et bœuf pour les grandes occasions). La viande et le poisson étaient le plus souvent grillés ou conservés dans des saumures, séchés voire confits. Le poisson le plus prisé était le mulet, ou muge, poisson de mer remontant le Nil et dont les œufs servaient à faire la poutargue, recette encore pratiquée sur le pourtour méditerranéen aujourd’hui.

Légumes

Ail et oignon sont les légumes les plus cuisinés, avec les fèves, les pois chiches et les lentilles, sans oublier les légumes verts (chou, concombre, laitue, poireau, petit pois et radis), et les plantes aquatiques (lotus et papyrus).

Fruits

Les fruits, plutôt rares, sont réservés aux élites, tout comme certaines viandes : l’Égypte antique ne connaît les agrumes qu’à l’époque romaine ; les principaux fruits consommés sont les dattes (utilisées dans la confection d’une bière de luxe, le seremet), le raisin, la grenade, les pastèques et melons, mais aussi la caroube, le sycomore (sorte de figue rouge) et le persea (avocat).

Desserts et pâtisseries

Enfin, le miel, produit dans des ruches de terre, entrait dans la composition des desserts et de nombreux remèdes. Les pâtisseries, souvent thérapeutiques, étaient très sucrées, à base de dattes, de miel ou de raisins secs. Dans la tombe du vizir Rekhmirê, sous le règne d'Amenhotep II, une scène développe les étapes de la fabrication d’un gâteau conique, fait à partir des rhizomes d’un roseau au goût de noisette, le souchet.

Boissons

Si le vin, consommé plutôt par les riches, n'est pas une boisson très courante en Égypte antique, la bière fait depuis longtemps figure de boisson nationale. Elle est brassée dans tout le pays, et sa fabrication est déjà représentée sur des mastabas de l'Ancien Empire ; on boit de la bière en toutes circonstances : aux champs, à bord des bateaux, lors des réceptions et, bien sûr, dans les cabarets des villes.


Beaucoup de ces aliments ont pu être cultivés grâce au limon fertile déposé lors des crues du Nil.

Nous vous fournissons, ci-dessous, les recettes des quelques plats évoqués dans les enquêtes de Lasser. Ce ne sont pas, à proprement parler, des recettes antiques (à l'exception, peut-être, de la bière que nous avons décrite dans les romans). Mais on peut penser que la cuisine égyptienne du XXème siècle (rappelons que les aventures de Lasser se déroulent dans les années 30) plonge ses racines dans son histoire.

 

Baba ghanoug

Le baba ghanoug, ou baba ghanouj, n'est autre que la célèbre purée d'aubergines que l'on déguste dans de nombreux pays du pourtour méditerranéen.

Bière égyptienne

Dans l'Egypte ancienne, on boit de la bière (heneqet) en toute circonstance : aux champs, à bord des bateaux, dans les réceptions, dans les cabarets des villes (les "maisons de la bière"). Elle fait aussi bien le bonheur de pharaon que celui du simple paysan. Elle est toujours fabriquée sur les rives du Nil et porte le nom de Bouza. Cette boisson est très ennnivrante, voire dangereuse, parce qu'un peu toxique.

Ful medames

Le ful medames, ou foul mudammas, est un des plats nationaux de l’Egypte, à base de purée de fèves, souvent mangé au petit déjeuner. On le consomme accompagné de pain égyptien.

Hummus bi tahina

Le hummus (ou houmous) bi tahina est un plat répandu dans tout le Moyen Orient et en Afrique du nord. Il est préparé à base de purée de pois chiches mélangée à de la pâte de sésame (tahini), de l'huile d'olive, du jus de citron, du sel et de l'ail.

Kouchery

Le kouchery, ou koshary, est un plat traditionnel égyptien composé d'une nappe de riz, de deux qualités différentes de pâtes, de lentilles, de pois chiches et d'oignons grillés. Accompagné par une sauce rouge, une sauce piquante et une sauce vinaigrée, le kouchery est un plat végétarien léger et savoureux. Un plat unique mais complet.

Mouloukheyya

La mouloukheyya (ou molokheya) est un plat typique de l'Egypte, très apprécié. Il a un aspect gluant particulier aux feuilles de molokheya, qui peuvent se trouver dans les magasins orientaux et libanais.

Pain Baladi

Le pain Baladi, couramment connu sous le nom de pita, se rencontre à tous les coins de rue de l’Égypte. Considéré comme la base d’alimentation des Égyptiens, pain rond et plat se consomme comme un vrai sandwich, généralement agrémenté de légumes (les plus courants étant les tomates et les concombres). Recette typique, la purée de fèves accompagne aussi le pain Baladi dans les rues du Caire ou d’Alexandrie.

Tahina

La pâte de tahina, à base de nombreuses recettes du Moyen-Orient, est étonnante, car avant d’être délayée dans de l’eau et assaisonnée, elle n’est franchement pas appétissante et est, de toute façon, immangeable.