Tome 1, Un privé sur le Nil

Les moyens de transport, dans l'Egypte des années 30 encore pharaonique que nous décrivons, sont essentiellement terrestres. On utilise des véhicules traditionnels, comme les charrettes, ou plus modernes, comme l'automobile qui a fait son apparition depuis peu. L'avion est encore rare et réservé à des privilégiés ou à d'habiles bricoleurs ayant récupéré des épaves qu'ils ont remis en état pour les utiliser. C'est par le biais d'un de ces derniers que Lasser découvrira cette nouvelle manière de se déplacer.

Letord type 5

La première fois que Lasser prend l'avion, c'est durant l'enquête qui doit l'aider à faire revenir les eaux du Nil en Egypte. Voici comment il décrit ce premier contact : "Trois heures après notre arrivée, nous nous envolions d’Assouan pour Napata à bord d’un vieux coucou qui volait par miracle. Le biplan tombait en ruines et puait l’huile. La carlingue était piquetée de rouille. Aux dires du pilote, un dénommé Hépouy, il s’agissait d’un Letord type 5 de 1917 qu’un dieu avait abandonné dans les parages parce qu’il en avait assez d’être décoiffé."