Tome 2, Mariage à l'égyptienne

Dans Mariage à l'égyptienne, Lasser a acquis le statut officiel de Détective des Dieux. Il va donc les côtoyer de plus près. Il va découvrir que les dieux, qui aiment parader et ont le goût des belles voitures, utilisent également un autre moyen de transport réservé aux plus riches : l'avion. Certains se procurent sans peine des billets sur une liaison régulière pour faciliter les déplacements des humains qui les servent. D'autres possèdent carrément leur propre flotte. 

De Havilland 66 Hercules (« City of Cairo »)

Lorsque la piste de son enquête mène vers Babylone, Lasser doit s'y rendre en avion. Même s'il déteste l'idée (sa première expérience a été loin d'être rassurante), il n'a pas le choix : Isis lui a fourni un billet sur une liaison régulière de transport de passagers. Il va donc embarquer à bord d'un De Havilland 66 Hercules nommé « City of Cairo ». Cet appareil a réellement existé...

Junkers JU 52

Quand Lasser quitte Babylone en compagnie de Perséphone, il monte à bord de l'appareil personnel de la déesse. L'avion est aménagé de façon très particulière. Notre Détective des Dieux le décrit ainsi : "L’intérieur était vraiment surprenant : six sièges passagers, en osier tressé, étaient disséminés au milieu d’une jungle luxuriante. [...] Je me sentais noyé dans cet océan de verdure et de fleurs aux parfums entêtants."